Témoignage brut de l’occupation de la cinémathèque.

Le texte qui suit a été trouvé sur un blog du dark-web, cette section occulte d’internet où se côtoient — comme sur l’Île de la Tortue — trafiquants en tout genres, terroristes, et aujourd’hui militants radicaux. Il date du samedi 7 mai 2016, et l’identité de son auteur est inconnue, seul le pseudonyme « ACAB77 » apparaît sur le site. Nous le publions ici tel quel, avec son orthographe originale et dans son intégralité (F. D.) Continuer à lire … « Témoignage brut de l’occupation de la cinémathèque. »

D’ici que les nuits tombent

Les Nuits debout sont seules. N’est-ce pas une évidence. Elles sont seules. À l’heure où des politiques s’entendent pour réclamer que soient évacués les lieux. Qu’enfin cesse ce printemps-là. Qu’enfin retournent à leur invisibilité les francs-tireurs du rêve général. Qu’enfin les pauvres contestataires sans cerveaux disparaissent à la façon de fâcheux qui depuis trop longtemps importunent. Continuer à lire … « D’ici que les nuits tombent »

Appel à des Occupations debout : empêcher leur monde, ouvrir notre monde

Depuis le 31 mars, Nuit debout, en lien avec le mouvement lycéen et étudiant, occupe la place de la République sur le mot d’ordre « Contre la loi « travail » et son monde ». Continuer à lire … « Appel à des Occupations debout : empêcher leur monde, ouvrir notre monde »

Qu’allait faire Finkielkraut dans cette galère ?

Finkielkraut avait des doutes, alors il est venu voir si Nuit Debout était vraiment un « laboratoire citoyen ». C’est du moins son explication sur RCJ. Mais foncièrement, ce qui l’intéressait, c’était peut-être un « laboratoire Finkielkraut » voué à étudier les effets de sa présence dans la foule. On se demande s’il s’agit d’une expérience éthique, politique, ou de psychologie sociale. Continuer à lire … « Qu’allait faire Finkielkraut dans cette galère ? »